Fantôme des marges / Sinistra

Jealousy / Dehors elle n’y voit point, dedans elle mate, elle s’étourdit, adolescente intense.

Hardiesse échappée des cercles

Parmi tesselles de calcaire, marbres de Carrare et pâtes de verre

Peux-tu m’offrir ce que je n’attends pas ?

Un chien colleté veillait au dernier repas de la belle

Je ne suis pas Charles Joseph Natoire

Franchir les voûtes bordées de feuilles d’acanthe et s’asseoir aux marches de marbre

Retrouver dans le bleu pétrole le voyage en solitaire décliné par l’homme malade

De qui puis-je m’éprendre ?

Je suis la mort de Lucrèce, les chausses de soie palombe, le front barré de vilaines cicatrices, le mouchoir trempé de larmes feintes et la main portant la dague. Je suis la mort de Lucrèce, esseulée sur une chaise basse, gorge blessée. Je suis la mort de Lucrèce, élève de Pietro Francesco à Varèse.

Ultime sensation de l’odeur de la cire, gris doré sous les bottes et baiser de craie bleue nordique.

La zootechnie ? Un paradoxe qui met fin à l’enfance.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s