Fantôme des marges / Dextra

Il est une légende qui prétend qu’au lac de Garde, surgit à la lune une vieille femme à la tête de mort. Son fichu noir empeste l’ambroisie.

! Admite, toi qui ne sus obtenir rien de ce que tu désirais auprès du roi d’Iolcos !

On a poli le marbre, récolté le pollen, versé le lait et offert le riz

Me surprendre dans la lumière du patio ?

Au sol jouaient les enfants vêtus de couronnes florales

Le spectacle d’un sein sous l’organza

Lions et sangliers s’affrontaient

Ignorer la foule

Une poignée d’huîtres dans Venise mourante

Tu as répété « Je ne suis pas Jésus au milieu des docteurs ». Tu étais si jeune à l’époque, j’agençais ma chevelure d’un turban rayé et me faisais appeler Mattia.

Traverse des bleus, le coutil qui enserre la taille loin au-dessus des champs dont la moisson deux mois plus tard emplira l’air de sa poussière, le tissu disais-je, répond au ciel (qui sait s’il est de jour ou de nuit) sans pour autant recéler l’inquiétude mais plutôt un vaste mystère par deux formes équivoques souligné. A l’est de la première colline qui se révèle – si on admet pouvoir s’approcher à l’aide d’un instrument d’optique approprié – deux individus s’éloignent de la chapelle blanche qui se découpe sur la crête.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s