La ligne coupée

La terre vaut par ce qu’elle enfouit.

Gilles Deleuze, 1985

Tout se passe en hypothèse. No Project. On voudrait donner des coups de poing.

# Une cuve à vin, est-ce la petite Suzette qui en a ouvert la porte ? Depuis ce lieu jusqu’à la ligne de RER où l’on voyage avec Rémi – lunettes de myope et taches de rousseur – ne pas hausser le ton.

# La mémoire des aubes, hier rose sur le piémont, blanche lors d’une traversée hivernale de la Lozère et sombre durablement en Normandie. Le visage de Kafka se détache de l’écriture en quête du Père. Justement.

# La rage lorsque la sienne est retombée, ne cesse de s’imprimer sur les visages mobiles de Nadia, Salman ou Ti Chen. Rétifs à tout arbitraire, leur vie durant, les anonymes déjouent le piège de la culpabilité.

# Ton passé n’empiètera jamais mon futur. Et c’est ainsi que se déroulent sur fond de sommeil agité, des paysages beatnik, hippie, punk, new wave and so and so…Personne n’a le dernier mot.

# Refuser les vertigineuses montagnes, s’enfuir vers la mer Egée, ne me faites pas dire que c’est tuer. Qui de la fille et du père ? Tant de rivalités dans les familles, de sang à éponger, d’émotions froissées !

# La ville n’apparaît pas tant belle que ça, le son des véhicules sur la route glissante et celui des mouettes réfugiées au-dessus des quartiers, rien ne ressemble plus aux origines que le territoire présent, les yeux fermés.

# L’herbe de l’utopie, celle investie par les danseurs qui soulèvent l’humus. Eviter tout pathos, accumuler les détails infinitésimaux et sans loupe rechercher un sens. Peut-être les fils se délieront-ils.

# Le rectangle de lumière artificielle se reflète dans la vitre. Les wagons passent et repassent. Depuis la disparition des couleurs, 1+1 n’égale plus 2. La rancune a disparu. Comme les couleurs, vous dis-je.

# La terre vaut par ce qu’elle enfouit. La terre de Grèce ainsi devenue étrangère à l’amour, a reçu le sang de ceux que les militaires ont décolorisés, souvenirs de guerre que l’homme taciturne réactive sans jamais en être rassasié.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s