Violine

violetLa mâture dressée, le nez arque bouté, l’eau giclant – brise et bise écartelées, la fente serrée à vif. Les peaux sont moites et les langues sèches.
Bat, bat la peau brute, mordorée, de violine à châtaigne.
Bat, bat le trou de moiteur.
Arracher ce creux, ce bloc, qui obstrue.
L’aimé se transforme en prédateur. Flamboyant, son sexe exhume l’écarlate, elle plonge et rougeoie dans l’eau glacée. Semblables pétales ne s’étaient envolés depuis si longtemps.
Oh ! Sister mercy

Œuvres photographique et textile de Dominique Robert

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s