Partir de quelque part

Quand se reposent les tigres près des coolies
Sous les herbes de la turquoise Yamuna
D’où les mille vierges furent enlevées puis
Sauvées par les dix-sept souverains Grands Moghols
Au loin le Fort Rouge toise l’Himalaya
Sous les vapeurs poivrées de la cardamome
Rejoindre New Delhi

Ici se dresse la malveillante Gorée
Qui brassa esclaves, patates et manioc
Depuis gît l’aviateur dans les eaux de Cap Vert
Qu’ignore la brousse – les villages peuplés
C’est un royaume qui commence sur les docks
Traverse la chaleur des peaux jusqu’à la chair
Et rejoindre Dakar

Depuis l’Eastern Express défilent les Bouddhas
De marbre, de cristal, de bois dans les temples
Lors de la retraite de la saison des pluies
Les rivières Ping et Chao s’affrontent – amples
Et cachées comme le sont les benoîts pandas
S’aimer dans les tuk-tuks, se quitter à minuit
Et rejoindre Chiang Mai

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s