L’entrée en toute chose

Le voyage induit l’abandon des lieux familiers dans ce qu’on appelle la réalité physique. Il en découle une expansion de l’espace intérieur qui accueille, incorpore, digère la cohabitation des territoires antérieurs.

 Osmose bleue, processus par lequel en certains moments, selon certaines dispositions, s’ouvre l’accès aux lieux qui de biographiques rejoignent tous les autres – oniriques, symboliques et mythiques – et accompagnent le passage éphémère sur terre.

Osmose bleue, manifestation de mots et de récits, la main tient le stylo et se laisse guider par delà les frontières spatio-temporelles. Modus operandi proche de l’azur délivré au regard, d’un corps flottant sur la mer plane ou rivé à la voûte des cieux augustes. Nécessité aussi simple et impérieuse que celle de boire, manger, chier ou copuler. Oubli de la cartographie familiale, amicale, sociale. Plongeon à mains pleines, à dents, à muscles, à cavités, à orifices, à neurones pleins. Réception, parcours et transmission de lignes de force imposées et involontaires. Arborescence en marche qui s’accomplit.

Osmose bleue, épreuve comme peuvent l’être les redescentes de drogue, les effets secondaires du jeûne ou les dommages névrotiques. Distanciation, dédoublement, dialectique, mise à nu de l’enfant, de l’animal et du fou tapis en un lieu hors raison, spirale hallucinatoire des souvenirs, des lectures, des morts, des amours perdues et des vides. Fusion qui crache morphèmes et graphèmes en bleu sur page blanche.

Son utérus abritait une boule bleue, une glaise compacte passée à travers la gueule du diable. Les baguettes mordaient les caisses claires dans un son tordu comme après un passage chez les indiens jivaros, réduit à des crachotements soulignés par le basson. Résonance des corps. Graine mise à germer qui raconterait quoi, l’enfantement achevé ?

 Raconter quoi. Les gitanes fumées sur les sièges de moleskine pendant que la micheline trace depuis Lisieux dans la brume automnale un sentier qu’on qualifierait plus tard sinon de douloureux tout au moins d’inconfortable. Les pompiers qui s’activent sur le talus SNCF afin d’éteindre un feu de broussaille – il est midi. Le ciel de Noirmoutier au-dessus des ruelles vides qui mènent aux marais silencieux exceptés les cris des cormorans. L’encrier dans lequel plonge une plume tendue par l’effort de ne pas utiliser la mauvaise main sous peine de salir irrémédiablement les lignes quadrillées. Les cercles diaphanes que la brume diffuse autour des tombes, ici la tante Louise, là l’oncle Alfred dans un recueillement insolite. Bleus les plastiques de la vie domestique ignorés de l’enfance des années cinquante.

À la page 110 du volume Garnier consacré à Rimbaud (italiques rouges), on peut lire O bleu et plus bas O […] pleins des strideurs étranges qui évoquent aujourd’hui la chaleur durant l’été et dans le pays de la soie, les mues cigaloises vite convoitées par les geckos s’étranglant avec les ailes membraneuses comme sait si bien le faire Led Zeppelin quand il hurle Babe I’m Gonna Leave You.

Osmose bleue, transe au bord d’un gouffre consenti, clou enfoncé en une douleur qui gît, secrète et dévorante qu’il faudrait apprivoiser d’une main ferme et moelleuse balayant devant la porte. De cette grande main voilée, on suivrait des yeux la ronde dessinée au-dessus de l’eau troublée. C’est ainsi que Maupassant parlait de ce que « disperse la mémoire ainsi qu’une poussière au vent ». C’est ainsi que je lèche ma peau au goût de la tristesse et qu’à travers la vitre basse je vomis des scarabées. Pas besoin de crystal meth ni d’IKB. Il y a une entrée en toute chose.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s