Sur les cimes, la neige au loin

Sur les cimes, la neige au loin

Tout près, les sillons du blé d’hiver

Qui filtrent la brise. Dans l’air

Monte un silence soudain

 

Les tracteurs ont laissé des brassées de thym

De rares Sabots de Vénus sortent de terre

Il reprend son souffle, le marcheur solitaire

À l’écoute du chant des cônes de pin

 

Plus tard les pétales chus esquissent

Un printemps précoce. Les prémisses

De lectures abandonnées au soleil

 

Quand au temps passé vient la douceur

Écho aux fugaces langueurs

Or sur la peau blême, une piqûre d’abeille !

 

22 février 2016

© Catherine Robert

Catégories :Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s