Africaine

Africaine, mon pagne élimé et mon voile indigo couvrent mon corps brûlé de soleil

Africaine, pendant que mon homme, sur la natte étendu, sirote un thé brûlant,

son masque d’éléphant

posé sur le sol desséché semble une invite à la sorcellerie

Africaine, je me suis parée de perles de verre, et sous le ciel assombri,

sous la lune ronde comme un orange,

un chant aux accents lascifs monte de ma gorge

Africaine je danse à présent sous la voute étoilée,

mes bracelets aux chevilles tintent en mesure et mon cœur enfin apaisé

cesse de battre au rythme des tambours

Africaine, oubliées les lettres coraniques, oubliés les soldats furieux,

oubliés les colonels décorés au sourire aurifié

Africaine, ma nuit sera sereine et mes rêves indigo

Africaine, le soleil du matin me trouvera -sans peine –

et le jour s’ouvrira sur un nouveau défi

© Françoise

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s