Berlin 2008 E02

U-Bahn, le vieil homme à l’orgue de barbarie reste indifférent au passage des jeunes du samedi soir, sac au dos et bouteille à la main. Enfiévrés, enlacés, nous le sommes. Je ne ris pas lorsque, entrant et trébuchant dans le wagon, mes lunettes tombent dans l’espace le long du quai de la station. Tes yeux pétillent de joie, comme à la vision d’un film de Charlot et tu me serres le coude. « Tu me regarderas de plus proche alors ! »

Catherine Robert

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s