Berlin 2008 E05

Je m’en retourne seul à Paris. Cinq jours se sont écoulés, dont je n’ai pas pris note, pour lesquels je n’ai pas tenu de journal. As tears go by. Il est une comptine, si le cœur du paon offrant sa livrée est dérobé devant l’aimée, les amoureux demeurent immortels. Mon cœur m’a été ravi et mon aimée gît à terre, juste après que j’ai retrouvé ses lunettes de soleil tombées dans l’eau lugubre du caniveau. L’avion traverse la Prusse, en vain je cherche le repos. L’avion traverse la Saxe, je m’assoupis et je rêve.

Catherine Robert

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s