Berlin 2008 E07

Chaque année j’y revois Otilia qui a 23 ans, elle est petite et elle aime l’odeur du chèvrefeuille dont elle se parfume le dimanche après midi. Comme un miroir, un visage intelligent a l’âge de ce qu’il reflète. Otilia est limpide et droite – un morceau de glace quand le talon aiguisé de la botte zèbre le lac en février. Elle est vêtue d’un tissu léger de soie, de lin ou de laine selon les saisons. Elle prend son temps malgré les corvées, elle demeure là où elle est, Otilia est le contraire d’une fille en fuite. Elle rend service, elle dépanne le vieil Akbar sur la grande route en direction de Shkodër. Un après midi, le patron de la buvette signale que sa serveuse n’est pas venue travailler depuis la veille.

Catherine Robert

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s