Berlin 2008 E14

Plus tard, je me souviendrai que nous aurions pu devenir amis à cet instant précis. Mais non, la réponse qu’elle me fait dans la quasi obscurité qui nous tient lieu de rendez vous improvisé, ces quelques mots proférés doucement avec un accent rauque, me découpent une petite plaie, comme un fragment d’ardoise acéré juste sous le cœur. Je me sens gauche. Elle se relève. Nous nous faisons un salut. Je me retrouve seul dans la rue et me dirige vers Kollwitzplatz. Là, un restaurant dans lequel je dîne d’une choucroute. Je rentre à l’hôtel, fatigué du voyage. Le sommeil à la lune tarde. Le sommeil joue les funambules. Dedans, dehors. Des losanges lumineux quadrillent ma couche et plutôt que dormir, je glisse et retombe dans un cauchemar.

Catherine Robert

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s