Berlin 2008 E18

Elle est enfiévrée. Je la prie de s’allonger sur un des lits. Lorsque je reviens de la salle de bains un verre d’eau à la main, elle s’est assoupie. Cette dernière heure m’a déstabilisé. C’est une tension comme si une pile m’écorchait la langue. Une tension attirante comme l’est l’olive dans la saumure.

Catherine Robert

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s