Berlin 2008 E26

  1. Nous allons rêver ensemble

Plus tard, dans la soirée, « Tu vois, à Shkodër aussi ils ont repeint les façades, le cœur des hommes n’a pas changé pour autant, la vengeance est noire, le sang est rouge, le lait des mères est tari. »

Elle me sourit. Elle a encore mal aux yeux, les gouttes de collyre ne l’apaisent que durant quelques heures, je lui ai acheté sur le marché une paire de lunettes de soleil qu’elle porte à l’intérieur du restaurant dans lequel nous sommes entrés. Dehors l’obscurité. En face de moi, à travers la large baie vitrée, se dessinent des cases éclairées, celles d’un immeuble d’inspiration Bauhaus dans lequel les habitants utilisent des plafonniers et des appliques en pâte de verre polie, distribuant une lumière très douce. Au rez de chaussée, un coiffeur travaille encore malgré l’heure tardive tandis qu’un garçon somnole aux bougies sur le lit qui fait office de siège d’attente.

Catherine Robert

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s