Berlin 2008 E27

Mes yeux reviennent sur elle qui a l’air malicieux. Elle a le talent de la vie. Les épreuves par elle subies, la terre dans laquelle le poison s’insère depuis des siècles, la mort orchestrée dont elle est un maillon, elle masque tout cela. Elle est sans peur, elle est une rencontre, elle est le présent, elle est un corps. Elle n’a pas les traits marqués, elle sourit encore, verres couleur fumée, chevelure épaisse et brune, bouche très rouge. Ses yeux brillent sans nul doute. Mon horizon se teinte d’insondable. Elle murmure « La lumière berlinoise n’est pas la lumière albanaise ».

Catherine Robert

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s