Berlin 2008 E35

  1. Une herbe coupée

Je la rejoins. Et la mélopée reprend.

– Je ne voyais plus que cela, je ne pensais plus qu’à cela, je ne rêvais plus qu’aux plateaux où les murs esseulés se côtoient, aux ruines dans lesquelles la vaisselle cassée traîne encore dans les décombres, aux panneaux indiquant le passage des troupeaux, tous éventrés, aux rares pieds de blé et  plants de pommes de terre, parfois à l’irruption d’une fête foraine parmi la désolation. Je nous pensais condamnés.

– Une nuit, je me suis levée, Emin dormait profondément, j’ai écouté sa respiration chaude, j’étais si triste, et je suis sortie. Dans ma course, oubliées les frayeurs et les appréhensions. J’ai laissé le chemin, j’ai traversé les rues entre les maisons basses, j’ai enjambé le parapet du pont, j’ai dépassé l’église et j’ai plongé dans les graminées. Les tiges me picotaient les joues rouges de l’effort. Les semences dérangées explosaient à l’air nocturne et me pénétraient les narines. J’ai détalé, paupières fermées, jusqu’au bout du champ, jusqu’à la voie ferrée, jusqu’à la gare où je me suis réfugiée. J’aurais pu gagner le surnom d’herbe folle. Assise par terre, j’ai repris mon souffle. Et j’ai ressenti la honte, Emin se réveillant, la pièce sans la chaleur du poêle et du café, terré dans notre cabane qu’il ne pouvait quitter sans risquer sa vie. Les larmes ont coulé, je n’étais qu’une herbe coupée, à demi morte. Je me suis dirigée vers les remparts, l’aube se levait sur les toits rouges et la mosquée isolée au milieu des pâturages vides, je voulais apercevoir le delta mais la chance n’était pas avec moi ce matin-là. Je me serais enivrée jusqu’au coma si j’avais su ce que c’était, au lieu de cela je suis redescendue apaisée et arrivée chez moi d’où aucun bruit ne s’échappait, j’ai empoigné la lame avec laquelle Bukurie tuait les poules, je l’ai affûtée, je l’ai glissée à ma ceinture et j’ai commencé à faire nos bagages.

Catherine Robert

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s