Clair-obscur 4

Ecrire dans la noirceur de la maison.

Dehors, la lumière froide de l’hiver.

Toute trace de vie a disparu.

Les maisons. Les champs. Les rires d’enfants.

Gommé. Effacé.

Peut-être n’était ce qu’une chimère.

Peut-être que rien jamais n’a existé.

Seul, l’homme à la fenêtre, rêve…

 

Muriel

[à propos de Rembrandt]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s