La furie

Déjà petite, elle était facétieuse. Fine, les mains toujours en mouvement de même que tout le reste du corps. Un elfe lunatique. À l’adolescence, elle aimait les tenues excentriques et les maquillages provocants. C’est de là que date son surnom, la furie. Plus tard elle s’est mise à fumer, boire et consommer de l’opium. Elle vous regardait de ses pupilles rétrécies, la cigarette à la main, euphorique jusqu’à l’extase. Trouble et solaire. On l’a vue tanguer et s’affaler n’importe où, s’endormir là où elle tombait. Pouvait-elle vieillir, la furie ? La réponse est apparue dans un entrefilet. Retrouvée sans vie une nuit glacée de janvier, seule dans l’ombre d’une ruelle. Un brouillard noir était descendu comme si toute cette furie avait été engloutie sans trace dans la rivière comme du feu.

 

Catherine

[à propos de Kiki de Montparnasse et Man Ray]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s