Avec ses éphélides on peut brûler

On traverse des espaces humides

Et dévastés, des rivières perdues

On recherche et on traque, éperdu

En silence, une femme livide

 

Contre laquelle, avec ses éphélides

On peut brûler tel l’enfant méconnu

Et révolté ; se dresser mis à nu

Et déchaîner une fièvre splendide

 

Rougeoyante, c’est une frénésie

Une folie, une guerre quasi

Une flamme – fureur sombre, tension

 

Et perdure, après les cieux troublés,

Le souvenir comme une convulsion

Dans l’eau – l’huître, du rocher décrochée

 

Catherine Robert

 

Photo du film Lost River, Ryan Gosling, 2015

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s