Vers la plénitude

Sous les arbres, veillent les lucioles. N’attends pas le jour inconnu même si tout sombre. Quand son cœur inondait le monde – ta mère. Dehors, rugissaient vagues et marées dans le silence de midi jusqu’au crépuscule. De l’absurdité, la vie est à l’aulne. Sa pluie de lumière fine te laisse étourdi et sans voix.

Ton regard perce la pierre taillée. Car dans ton sommeil, une femme en noir te laisse seul au monde. Le printemps t’éclabousse et tu songes à l’hiver enfoui sous le sol. Insondable et multiple, sa clarté nous désarçonne et son intelligence bonifie notre cœur. Manifester hors du sommeil. Dénoncer le tonnerre avant la mort et couvrir le fracas – formidable !

Sur la plage hier, une fêlure sans beauté. Honte peut-être à aimer – tel en creux abrité d’orangers et néfliers. Le chemin au-dessus de nous ne brûle point le temps de l’inspiration. Il perle comme le fait le fruit, le vrai fruit de l’humanité. Rire et pleurer. Ressentir la chaleur blanche comme au premier jour, celle du premier visage aperçu.

Catherine Robert

Exposition L'étranger - sans importance, Aubais, 2018

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s