Hossegor, début d’après-midi

La mer est déchainée.

Le maitre-nageur, du haut de son perchoir, scrute l’horizon, prêt à intervenir en cas d’incident.

Seul au milieu de la foule, je me tiens, debout, à la lisière de l’eau, les pieds crispés enfoncés dans le sable.

L’écume des vagues me lèche les orteils. Avancer ou reculer, je ne peux.

Une pensée, une image, surgie du passé comme un éblouissement me paralyse.

Ma mère, sur cette même plage, heureuse. Dans ses bras, serré contre sa poitrine, un bébé riant aux éclats, les yeux plein d’amour. Ce bébé c’est moi. Il y a longtemps. C’était avant. Avant la perte. Avant la trahison…

Image du bonheur sitôt apparue, sitôt disparue. Simple résonance d’un temps révolu.

Un jour je reviendrai. Sur cette même plage. J’aurai moi aussi un enfant dans les bras. Mon enfant. Et je serai heureuse. Comme elle.  Je sauterai alors dans les vagues, forte, sûre de moi et plus jamais je ne me sentirai seule.

Forte de cette conviction, je reprends conscience du monde qui m’entoure, du bruit du ressac. Peu à peu mes muscles se remettent en mouvement…Un pas puis un autre, lentement, doucement, tout d’abord mécanique, comme un convalescent, puis de plus en plus vite jusqu’à courir dans un grand éclat de rire et plonger dans l’océan.

Muriel

L'océan, photo MR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s