Retrouvailles à Chaumont

Elle descend à grands pas lents

les larges escaliers du parc.

Consulte sa montre,

Il pleut à peine.

S’arrête, contemple la Loire

en contrebas.

Regarde sa montre.

Ferme son parapluie de poche, le secoue.

Descend une marche.

Il ne pleut plus.

Range l’appareil photo dans la sacoche.

Elle égoutte son parapluie.

S’arrête, consulte sa montre.

Lève les yeux vers les nuages,

Camaïeux de gris, ciel, Loire.

Et puis les grappes de géraniums, rouge, orange, rosé,

accrochés aux lampadaires le long de la route.


Elle consulte sa montre,

secoue son parapluie rouge.

Repart d’un pas souple,

Regarde la Loire tranquille.

Elle s’arrête,

enroule la bande scratch du parapluie.

Consulte sa montre.

Loire.


Un dernier élan : tourniquet de sortie du Domaine,

franchit les grilles.

Il est 17 heures.

Grands sourires.

Rien n’a changé !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s