Comme le regard d’Ulysse

Ici, là-bas, ailleurs, quiconque a vécu une soirée de merde, a roulé sous la pluie et a fait des promesses intenables… Après l’anesthésie, elle a chaussé ses sandales pailletées et elle a regardé un film de science-fiction. Le lendemain, elle recevrait du courrier de Sofia et Serge et pleurerait en lisait La pluie d’été.

tout plaquer, non ? NON !

Durant les deux jours suivants, elle fut plus calme ; au volant de sa voiture qui la ramenait de Montpellier ; à la pédale de sa machine à coudre ; à la souris de son ordinateur. Comme une femme tangible.

Regardez-là qui fait bouillir le lait, y incorpore des ferments, verse le tout en petits pots de verre qu’elle dépose consciencieusement dans sa cocotte. Que faire de l’attente ? Se souvenir d’autres attentes.


L’attente d’une lumière moins suffocante

Ils avaient vingt ans, les véhicules se faisaient rares. Il s’agissait d’épuiser le lieu, d’épuiser le lien qui les unissait l’un à l’autre, d’épuiser l’ennui – d’abord avec colère, puis résignation et enfin délice.

Ici, là-bas, ailleurs, tu es coincé derrière les vitres dégoulinant de pluies, violentes et ininterrompues. La chambre que tu as louée pour le week-end est minuscule, tu lis que les sureaux se tiquetaient de grains noirs, (…) les sorbiers de grains vermillon, les buissons ardents de grains de terre de Sienne brûlée. Tu t’affaisses sous la couette, sous le poids de l’éternité comme le font des arbres sous l’orage.


L’éternité et un jour

Ici, là-bas, ailleurs, elle avait trois passions, courir dans les champs, suivre les rails quelque fût l’endroit où ils la mèneraient et survoler les îles méditerranéennes. Un jour, des trombes d’eau l’avaient empêchée de rejoindre son ami à Marseille, elle avait pesté.

  • le mistral faisait se casser les verres du retaurant
  • les gens se réchauffaient face à la cathédrale
  • les conversations étaient sans queue ni tête
  • les gardiens de musée ne chuchotaient pas ce jour-là

savoure là où tu te tiens…

Tu supprimes son message, reprends le couteau de cuisine et t’acharnes sur les piments qui rougeoient. Tu lis des chroniques américaines et tu jardines dans la brume. Tu ne dors pas bien, la lune est rousse.

jamais je n’aurais pu me marier avec elle!

Calquer son regard sur celui d’Ulysse – sans préjugé, sans certitude non plus…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s