Désir déçu

Les dames du café Wepler, Albert André, 1926

Exposition aux Archives départementales du Gard, du 10 octobre 2019 au 29 mars 2020


Vous savez quoi, mon Ami… me dit un matin, à brûle-pourpoint, Agostina. J’irais bien au Japon !

Me perdre au milieu des fleurs. Geisha alanguie et paresseuse. Rouge aux lèvres, noir aux yeux, dessus, dessous. Regard dansant aux fleurs éparpillées puis rassemblées en porcelaine ; coagulant le kaolin pulvérulent dans un destin de pierre – éphémère confié à l’éternité dure. Peindre la lumière, celle des frayeurs et des joyeusetés de la vie. Confisquer la pudeur et, nue à la toilette, peindre face au miroir.

Tu ne pouvais pas te résigner… Douleur sourde sûrement, à l’idée de ne jamais respirer l’air japonais.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s